Plus de 340 fiches rando à télécharger gratuitement pour randonner en toute liberté en Provence Alpes ou ailleurs
Logo Eskapad Rando
La Via Podiensis
De Conques à Livinhac le Haut (jour 11)
Aveyron
Dernière journée du Saint Jacques de Compostelle en Aveyron et retour vers la vallée du Lot
Moyen
23,5 km
6h40
632 m
690 m
770 m
Pont sur la Dourdou à Conques
Chapelle dans la montée de Conques
En route sur la Via Podiensis
C’est tout d’abord une sérieuse montée qui vous attend. A froid, généralement effectuée au petit matin, elle restera gravée dans les mémoires. Partir de Conques se mérite.  Mais une fois la chapelle de Sainte Foy atteint, où il est d’usage de sonner la cloche, le plus dur est fait. Il reste encore un bout d’ascension pour atteindre le plateau et ses vastes étendues. Par la suite, c’est plat ou presque jusqu’à Noilhac. Une courte descente est nécessaire pour rejoindre le hameau où vous ne manquerez pas de jeter un coup d’œil à l’église et ses vitraux. Un petit chemin de croix permet de gagner à nouveau le plateau au niveau de la chapelle Saint Roch. Le point culminant du jour est vite atteint. Une table d’orientation permet de découvrir ce territoire profond qu’est l’Aveyron. Par la suite, c’est un profil globalement descendant qui ne fera que s’accentuer jusqu’à Decazeville. La sortie de cette ancienne ville minière peut surprendre. La pente est raide mais courte. Plus loin, on aperçoit à nouveau la rivière Lot que nous avions abandonnée du côté d’Estaing. Ce n’est plus qu’une formalité, pour les pèlerins qui y feront halte,  de rejoindre Livinhac le Haut.
La chapelle Saint Foy
Selon la légende, la chapelle serait bâtie sur l’emplacement où un moine serait tombé épuisé en ramenant d’Agen les reliques Sainte Foy (IXe siècle). L’apparition d’une Sainte lui demanda alors : « Veux-tu du vin pour un jour ou de l’eau pour toujours ? ». Le moine opta pour l’eau et c’est depuis ce jour qu’une source bienfaitrice et curatrice coule en contrebas de la chapelle.

Decazeville
Le bassin houillé d’Aubin exploité dès le XVe siècle par les habitants de la région a suscité au milieu des années 1820 un intérêt supplémentaire après la mise au jour de minerais de fer dans son périmètre et en périphérie autour de Mondalazac, près de Salles-La-Source. La Révolution industrielle dont l’Angleterre était le fer de lance allait trouver ici une fulgurante et imposante expression. La dynamique de croissance est telle que dès 1832 émerge l’idée de créer la commune de Decazeville. La réunion de trois paroisses (Saint-Roch, Saint-Michel et Vialarels) autour du site industriel de Lassalle constitue les fondements de la nouvelle collectivité, créée par ordonnance royale en novembre 1833. Le canton de Decazeville verra le jour en 1881 après trente ans de démarches.
Plus d'information sur l'histoire de Decazeville sur le site www.decazeville.fr

Votre avis - 0 Avi(s) - Note moyenne : 0/5

Aucun avis

Donnez votre avis sur cette randonnée

* tous les champs sont obligatoires

Note